Culte! Art : L’or du pop

Autrefois réservée à une élite, la culture est aujourd’hui une industrie puissante, mondialisée, massive. De best seller en blockbuster, de nombreuses créations font désormais partie de l’imaginaire collectif. Elles sont devenues culte. La série documentaire « Culte » raconte, en…

Culte! Art : L'or du pop

Source

0
(0)

Autrefois réservée à une élite, la culture est aujourd’hui une industrie puissante, mondialisée, massive. De best seller en blockbuster, de nombreuses créations font désormais partie de l’imaginaire collectif. Elles sont devenues culte.

La série documentaire « Culte » raconte, en quatre épisodes, le destin de quatre productions fondatrices de cette culture populaire de masse : Mario Bros. et les jeux vidéo, le premier concert outdoor de Johnny Hallyday et les concerts géants, les sérigraphies Marilyn d’Andy Warhol et le pop art, Dallas et les séries télévisées.

En 1962, après la mort de Marilyn Monroe, Andy Warhol, se met à peindre des dizaines de portraits de l’actrice à partir d’une même photographie noir et blanc, qu’il reproduit en de nombreux exemplaires grâce au procédé de la sérigraphie. Par ce geste, Warhol casse les frontières entre recherche d’avant-garde et imagerie populaire et publicitaire et met fin au mythe de l’œuvre d’art comme objet unique.

Peintre, designer, publicitaire, photographe, cinéaste, vidéaste, illustrateur, éditeur de magazines, créateur de modes, de costumes et même de célébrités, Andy Warhol a été un artiste prolifique et total, le premier sans doute à avoir compris l’importance des média et de la communication dans notre société. En affirmant que le pop art était destiné à tout le monde, il a élargi les territoires de l’art jusqu’à ce que celui-ci soit diffusé partout, au musée, dans la rue, sur des posters et jusque sur les vêtements et les objets de la vie quotidienne. Dans le même temps, il a fait exploser le marché de l’art, ses œuvres atteignant après sa mort des cotes exceptionnelles, jusqu’ici peu égalées. Enfin, de Jean-Michel Basquiat et Keith Haring à Jeff Koons, Damien Hirst et Takashi Murakami, il a inspiré et nourri toute une lignée d’artistes contemporains à la frontière de l’art et du commerce, et qui sont devenus de véritables stars, de véritables marques

0 / 5. 0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *